Origines

Ermite : statue en terre cuite de Saint Elisée au jardin

L’Ordre du Carmel débute de façon singulière : à son origine on ne trouve pas la personne d’un fondateur, mais un groupe d’ermites vivant à la fin du XIIe siècle en Terre Sainte, sur le Mont Carmel.

D’emblée les carmes prennent pour référents spirituels dans leur recherche de Dieu le prophète Elie et Marie, en qui ils voient le modèle de leur vie contemplative.

Vers 1210, les « Frères de Notre-Dame » demanderont à leur évêque une « formule de vie » qui mette en mots ce qu’ils vivent : la règle du Carmel.

Règle courte et tissée surtout de citations de l’Evangile et de Saint Paul, elle pose les repères fondamentaux pour « vivre dans la dépendance de Jésus-Christ et le servir fidèlement d’un cœur pur », en « méditant la loi du Seigneur jour et nuit ».

Carmes et carmélites sous manteau : gravure représentant des carmes et des carmélites

Assez vite l’expansion de l’Islam en Palestine rend précaire la situation des carmes et, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, les Frères trouvent refuge en Europe. Le contexte nouveau et la demande de l’Eglise les amènent à prendre la forme des Ordres mendiants, tout en cherchant toujours « la perle précieuse de la contemplation ».

Est-ce pour cette raison qu’éclot un rameau monastique féminin au XVe siècle, en Belgique ?

Si carmes et carmélites vivent du même charisme, les moniales demeurent en des « déserts » au cœur ou aux abords des villes, tandis que les frères annoncent l’Évangile et enseignent les chemins de la prière.

Carmélite au bord de la vasque
Goûter dans notre cœur
et expérimenter dans notre esprit,
dès cette vie mortelle,
la force de la présence divine
et la douceur de la gloire d’en-haut.
C’est cela « boire au torrent »
de la joie de Dieu.
Institution des premiers moines

Règle Primitive de l’Ordre
de la bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel
donnée par le Bienheureux Albert,
Patriarche de Jérusalem, et confirmée par Innocent IV

  1. Albert, appelé par la grâce de Dieu à être Patriarche de l’Eglise de Jérusalem, à ses chers fils dans le Christ, B. et les autres ermites, qui vivent sous son obéissance, au Mont Carmel, près de la source, salut dans le Seigneur et bénédiction du Saint Esprit.
  2. Bien souvent et de bien des manières (cfr He 1,1), les Saints Pères ont défini comment chacun, quel que soit son état de vie ou le genre de vie religieuse choisi par lui, doit vivre dans la dépendance de Jésus-Christ (cfr 2 Co 10, 5) et le servir fidèlement d’un cœur pur et d’une bonne conscience (cfr 1 Tm 1, 5).
  3. Mais puisque vous nous demandez de vous donner une formule de vie, conforme à votre manière de vivre et que vous deviez garder dans l’avenir […]

Télécharger la Règle du Carmel