Vie fraternelle (texte complet)

Faire de l’Église la maison et l’école de la communion

Jean-Paul II

Cette invitation de Jean-Paul II à chaque baptisé interroge notre vie fraternelle. En vue d’un témoignage demandé pour la fête de la Vie Consacrée, nous avons échangé sur ce thème en réunion communautaire. Extraits :

  • Une maison de la communion
    Nous sommes à l’intérieur de cette maison, et nous y sommes chez nous : c’est la Trinité, c’est l’Église. On y est reçu, accueilli. C’est un don.
  • Une école de la communion
    Sainte Thérèse parlait de ses carmels comme de petits « collèges du Christ », où « toutes sont appelées à s’aimer ». École de vérité, qui fait tomber nos illusions – sur nous-mêmes et sur les autres–, école de connaissance de soi, et aussi de Dieu qui habite la communauté.
    Expérience paradoxale : la vie de communauté est école de solitude par le décapage que l’amour réalise.
    Toujours ensemble en un même lieu, l’autre reste un mystère, mystère à respecter.
    Un défi : aimer comme Jésus aime, de son amour à lui, et regarder comme il regarde… Parfois on y arrive, parfois pas.
    Cette grande proximité forge énormément. C’est quelque chose qui oblige à aller très loin en profondeur, à sortir de nous–mêmes, à nous décentrer.
    « Quand je suis entrée, j’ai réalisé que la vie fraternelle est importante pour nous et j’ai réalisé que c’est cela qui nous forme à la vie contemplative. »
  • Une force pour nous, le pardon mutuel
    Conscience d’être portées et supportées les unes par les autres, parce qu’un Seul nous porte.
  • Et aussi le dialogue. Le dialogue communautaire construit la communion. Tout peut contribuer à la communion, même le « partage négatif ». Comme dans un couple, la communion comporte tout. Nous apprenons à recevoir et à reconnaître l’autre qui vit avec moi comme un don.
  • Communion fraternelle et communion avec et en Dieu, indissociablement liées
    Jour après jour, Dieu est la source concrète – à travers la prière et les sacrements- de notre vie fraternelle, et ma vie fraternelle est le test de ma relation personnelle à Lui. La simplicité des relations fraternelles dispose à la rencontre contemplative avec Dieu.
    Mystère de Foi. Plus profond que le sentiment. C’est le Christ qui nous a rassemblées en une petite communauté. Lieu d’espérance. Nous éprouvons que nous sommes aidées, sauvées sur ce chemin.

← Revenir à la page précédente.