Joie de Dieu, joie de l’homme

William Congdon,Eucarestia 1, 1960
Sois sans crainte, Sion ! Le Seigneur ton Dieu est au milieu de toi, héros sauveur ! Il exultera pour toi de joie, il tressaillira dans son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie.Sophonie 3, 17
Vous voulez, Seigneur, demeurer avec nous comme vous demeurez au Sacrement de l’autel. Et si nous n’y mettons obstacle par notre faute, nous pouvons mettre en vous notre bonheur; vous-même, vous mettez votre bonheur à demeurer en nous, puisque vous nous l’assurez en disant : « Mes délices sont d’être avec les enfants des hommes ! » Ô mon Seigneur, quelle parole que celle-là ! Sainte Thérèse, Vie 14, 10

William Congdon, Eucarestia 1, 1960
©The William G. Congdon Foundation, Milan
www.congdonfoundation.com

Une personne qui en aime une autre et qui lui fait du bien, l’aime et lui fait du bien selon ses qualités, selon ses propriétés personnelles.
Ainsi agit ton Époux résidant en toi.
En tant que tout-puissant,
il t’aime et te fait du bien
selon sa toute-puissance.
Infiniment sage,
il t’aime et te fait du bien
selon l’étendue de sa sagesse.
Infiniment bon,
il t’aime et te fait du bien
selon l’étendue de sa bonté.
Infiniment saint,
il t’aime et te fait du bien
selon l’étendue de sa sainteté.
Infiniment juste,
il t’aime et t’accorde ses grâces
selon l’étendue de sa justice.
Infiniment miséricordieux, clément et compatissant,
il te fait éprouver sa clémence et sa compassion.
Fort, délicat et sublime en son être,
il t’aime d’une manière forte, délicate et sublime.

Infiniment pur,
il t’aime selon l’étendue de sa pureté.
Souverainement vrai,
il t’aime selon l’étendue de sa vérité.
Infiniment généreux,
il t’aime et te comble de grâces
selon l’étendue de sa générosité, sans aucun intérêt propre et dans la seule vue de te faire du bien.
Souverainement humble,
il t’aime avec une souveraine humilité et avec une souveraine estime.

Il t’élève jusqu’à Lui, il se découvre à toi joyeusement et avec un visage plein de grâce dans cette voie des connaissances qu’il te donne. Et tu l’entends te dire : « Je suis à toi et pour toi ; je me réjouis d’être ce que je suis afin de me donner à toi et d’être à toi à jamais ».
Qui pourra exprimer ce que tu éprouves, ô âme bienheureuse, en te voyant aimée à ce point,
en te voyant tenue par ton Dieu en une estime pareille ?

— Saint Jean de la Croix, Vive Flamme B, III, 6